Quelques astuces pour réduire les peurs et l’anxiété liées à une démarche de rétablissement

Le jour du premier groupe ou rendez-vous approche et vous ressentez de l’anxiété? C’est tout à fait normal! Le premier pas vers une nouvelle démarche est souvent difficile parce qu’il implique un changement, la rencontre de nouvelles personnes et de nouveaux défis.

Nommer votre ressenti

Que ce soit avec un.e ami.e, un.e professionnel.le ou une ligne d’écoute, le simple fait de nommer votre ressenti peut contribuer à diminuer la tension et vous aider à cerner la source du besoin lié à cet état :

• besoin de plus d’information
• besoin d’écoute
• besoin de soutien
• besoin de réconfort

Lorsque vous cernez le besoin sous-jacent, le chemin pour y répondre est plus clair.

Effectuer une visite virtuelle

Lorsque vous commencez une nouvelle démarche, les facteurs inconnus sont multiples. Vous vous demandez où vous devez vous rendre, comment vous serez accueilli.e, comment la rencontre se déroulera, etc. Plusieurs de ces questions peuvent être répondues en vous rendant sur la page Web ou Facebook de la ressource pour consulter des photos, des articles et d’autres documents qui pourront fournir des réponses à certaines de vos inquiétudes.

Téléphoner ou visiter la ressource

Vous n’avez pas trouvé les réponses que vous cherchiez en ligne? Vous pouvez toujours téléphoner à la ressource afin de poser des questions plus précises ou simplement nommer votre anxiété concernant la démarche à venir. Les ressources d’aide sont là pour vous accompagner et seront en mesure de vous expliquer leur approche pour que vous puissiez mieux vivre le début de la démarche.

Se pratiquer

Vous pouvez vous rendre sur les lieux quelques jours avant la rencontre pour vous familiariser avec le chemin, le stationnement, les lieux physiques, les personnes qui vont vous accompagner, etc. Cette initiative peut réduire considérablement l’anxiété liée à la logistique d’une première rencontre.

Demander le soutien d’un.e proche

Le soutien d’un proche peut faciliter les situations plus difficiles. Que ce soit en accompagnant la personne en voiture ou en se rendant disponible après une rencontre, les proches jouent un rôle extrêmement important dans le rétablissement. Ils sont présents dans votre quotidien et tiennent à vous!

Formuler des demandes claires

Il est facilitant d’effectuer des demandes claires à vos proches concernant vos besoins. Par exemple, des phrases telles que « Je suis anxieux-se par rapport à cette étape, j’aimerais que tu m’accompagnes » et « Je ne sais pas comment je vais me sentir et cela me sécuriserait que tu viennes avec moi » suffisent généralement à obtenir le soutien désiré.

Vous rappeler pourquoi vous faites la démarche

Dans un moment difficile, vous rappeler les raisons pour lesquelles vous faites une démarche de rétablissement peut remettre les choses en perspective. Si vous avez besoin d’un rappel visuel, créez une image, faites un collage ou écrivez une phrase clé qui représente ce qui vous motive. Vous pouvez mettre votre création en évidence ou la garder juste pour vous. Votre motivation est le carburant du rétablissement!

Se donner de la reconnaissance

Entamer une démarche de rétablissement est à la fois impliquant, confrontant et gratifiant. Il est important d’être indulgent.e avec vous-même dans ce processus. Reconnaissez tous les pas que vous faites dans cette démarche, même les plus petits, et soyez fier.ère de vous!

Sarah Frost, responsable du volet TCA à Arrimage Estrie

Poster un commentaire